IV. LES SCULPTEURS

 

 

 

 

            Rappelons ici les oeuvres de quelques statuaires du Nord de la France, Picards en particulier, qui ont réalisé plusieurs monuments aux morts dans la Somme.

 

 

Pierre ANSART (1873-1941)

 

            Evocateur d'une véritable lignée d'artistes et architectes, le nom d'Ansart est familier aux Amiénois. On doit à cet artiste, membre de la Société des Amis des Arts, les monuments de Cantigny ; Chépy ; Rubempré.

            Il a utilisé avec bonheur les mosaïques.

 

NOTE : on pourra lire son éloge funèbre par Duthoit dans le Bulletin de la Socièté des Antiquaires de Picardie, 1941-42, XXXIX.

 

 

Auguste CARVIN  (1868-1949)

 

Auguste CARVIN, né dans le Nord à Sin-le-Noble, a étudié et travaillé à Amiens où il est mort le 15 mars 1949. Elève de Gauquié et d’Albert  Roze aux Beaux- Arts d’Amiens, il expose dès 1896 au Salon des Artistes français. Sa première oeuvre remarquée est « Pâques au buis » en 1907. Il se plaît à représenter des travailleurs et des paysans en pleine action.

Il réalise de nombreux monuments aux morts dans la région : Guillaucourt, Montauban-de-Picardie, Rosières-en-Santerre, Longpré-les-Corps-Saints, et « L’hortillonne » de la Caisse d’épargne d’Amiens, rue de la République.

 

 

 

 

Jules DECHIN (Lille 1869 - Paris 1947)

 

            Il fut élève des Ecoles Académiques de Lille; on peut voir plusieurs de ses oeuvres  dans cette ville. Il a réalisé, à notre avis, certains des plus beaux monuments aux morts du département : Chaulnes ; Gueudecourt ; Framerville-Rainecourt ; Roye 1 et 2.

                       

 

 

Emmanuel FONTAINE (Abbeville 1856 - Commercy 1935)

 

Elève de Falguière, Mercié et Louis Noël, il a réalisé : Hallencourt ; Mers-les-Bains ; Rue ; Saint-Riquier ; Terramesnil ; Vron. On lui doit aussi, au musée de Doullens le monument « Aux enfants morts pour la Patrie ».

                        NOTE : pour la biographie, on consultera avec profit Silhouettes Picardes de M. THIERY, 1900.

Fontaine est cité dans "Les Bronzes du XIXè siècle", de Kjellberg, Dictionnaire des sculpteurs, Editions de l'amateur, 1987.

 

 

 

Charles GERN

 

            Sculpteur rhénan né en Allemagne à Kaiserslautern (Palatinat),  élève de Joseph Wackerle et des Beaux-Arts de Munich, il a vécu un certain temps à Albert. Il figure au Salon en 1925. On lui doit de très beaux monuments : Albert ; Auchonvillers ; Beaumont ; Hamel.

 

 

 

Louis-Henri LECLABART

 

            Né à Péronne. L'auteur du monument aux morts d'Abbeville, Les Patrouilleurs, exerçait son art à Amiens. Il figura au Salon des Artistes français de 1910 à 1914 et reçut la médaille de Vermeil de la ville d'Amiens en 1911.

            On lui doit les monuments de : Abbeville ; Arry ; La Faloise (1) ; Marcelcave.

                       

 Note 1 : Noter la singularité de ce monument qui représente un père s'inclinant sur un casque, son outil de travail à la main (une houe pour tailler la tourbe) .

 

Georges LEGRAND

 

            Né à Amiens. Il expose en 1931 et 33 à la Société des amis des Arts. Il a réalisé : Andechy ; Hangest-en-Santerre ; Morchain.

                       

 

 

Valentin-Charles MOLLIENS

 

            Né à Argoeuves en 1868, mort en 1937 il avait son atelier à Longpré. Il débuta à l'école régionale des Beaux-Arts d'Amiens. Guidé par le maître Falguière, il obtint de nombreuses récompenses. Il sculptera notamment la quasi totalité des décors floraux et le bestiaire du célèbre hôtel Bouctot Vagniez d'Amiens. Il exposa plusieurs fois à la Société des Amis des Arts et collabora avec des entreprises de monuments sans toujours signer ses œuvres.

Monuments de : Breuil ; Etalon « La croix de bois » ; Le Quesnel « L’énergie française » ; Poix-de-Picardie « La mort glorieuse » ; Thézy-Glimont.

NB : Le Courrier picard retrace sa biographie dans son édition datée du 15 septembre 1993.

                       

 

 

Albert-Dominique ROZE (Amiens 1861-1952)

 

            On ne présente plus le sculpteur picard qui a réalisé 23 monuments aux morts dans le seul département de la Somme. Directeur de l'école nationale des Beaux-Arts d'Amiens, il a été membre de la Commission d'examen des projets d'érection de Monuments Commémoratifs aux Morts de la Guerre ; il a été aussi membre du jury du concours organisé par la ville de Montdidier pour le choix de son monument. Mais son œuvre ne se limite pas à cela. Il a animé un atelier très vivant et a formé de nombreux élèves. Il a réalisé en particulier la célèbre statue de « Marie-sans-chemise » à Amiens, qui fit scandale à l’époque.

Les monuments : Airaines ; Allery ; Amiens (détail 1 : détail 2 ; détail 3 ; détail 4) ; Amiens (Cimetière de Saint-Acheul) ; Bougainville ; Buigny-lès-Gamaches ; Camon ; Cayeux-sur-Mer ; Corbie ; Davenescourt ; Domart-en-Ponthieu « Les frères d’arme » ; Fontaine-sur-Somme « La veuve et l’orphelin » ; Friville-Escarbotin (détail)  ; Longueval ; Machiel ; Moreuil ; Oisemont ; Quend ; Ribemont-sur-Ancre ; Rollot « L’adieu » ; Saint-Valéry-sur-Somme ; Vignacourt.

 

 

            On lui attribue le buste du Ronssoy et les soldats de Montdidier « les deux générations ». Il est aussi l'auteur du Mémorial 14-18 dans la cathédrale d'Amiens.

 

NOTE : voir aussi Oeuvres d'Albert ROZE, Amiens, Yvert et Tellier, 1946.

PS : un certain nombre des monuments cités peuvent être consultés à partir des liens établis dans les documents précédents.

RETOUR AU SOMMAIRE