6) Les signes de la victoire.

 

 

 

            Le coq est un emblème très ancien. Il est devenu celui de la France sans doute par assimilation de gallus, le coq en latin et Gallus, gaulois. Sur les monuments aux morts, il symbolise la pugnacité du combattant et, bec ouvert, il fait résonner le chant de la victoire. Crête arrogante, ailes serrées ou déployées, il se dresse avec fierté, crispant ses ergots sur une sphère ou sur un casque : Misery ; Morlancourt ; Terramesnil ; Saint-Riquier ; Epagne-Epagnette ; Mezerolles.

 

            Le "Poilu" (planche) qui personnifie le soldat inconnu, est un emblème patriotique et victorieux. Largement représenté, il est réaliste par la précision des détails de ses vêtements et de son équipement : la capote retroussée sur les côtés, les jambières, le casque, la gourde, les musettes...sont minutieusement représentées comme à Gueudecourt. ; ce soldat de Jules Déchin, bras tendu en un appel, nous parle aussi de paix.

 

 

                       

            Mais idéalisé par son attitude et son expression, il figure le soldat prêt à tout pour sauver son pays :(1)

 

NOTE 1 : voir A. Prost, op.cit.

 

            -soldat défendant son drapeau ; Arvillers

            -soldat résistant ; Saint-Léger-lès-Domart ; photographie qui porte au dos l'nscription : J. Mengue, 54 av. du Maine Paris 14; est-ce le nom du sculpteur? Le monument a été fondu par Alexis Rudier).)

            -soldat en marche, farouche et décidé, poing serré, brandissant parfois lui-même sa palme (Raincheval) ; ou piétinant le casque ennemi (Proyart...)

 

 

            - soldat combattant, crispé sur sa mitrailleuse,(Sauvillers-Montgival) jaillissant de la pierre (Agnières), la grenade ou le fusil à la main (Moreuil), à l'affût dans la tranchée (Arry).

 

 

 

            Ils sont accompagnés, à l'occasion, de formules agressives: "On les a!"(Proyart); "On ne passe pas!"(Mailly-Maillet...)

          

            Certains monuments exaltent la fraternité d'armes : Domart-en-Ponthieu.

 

            Les victoires : divinité antique de la victoire, une femme ailée tient dans sa main une couronne de lauriers ou une palme. Elle veille un soldat blessé, alliant le triomphe et le deuil. Chaulnes ; Omiécourt ; Pierrepont-sur-Avre.

 

 

            Portant parfois le casque, plus rarement le bonnet phrygien, elles gardent le drapeau qui s'enroule autour d'elles comme l'écharpe d'Iris : Combles ; Saint-Quentin-en-Tourmont.

 

 

            Ces belles femmes aux formes épanouies, drapées, symbolisent aussi la Paix, la France, la Patrie, ou la Ville: Auchonvillers.

RETOUR AU SOMMAIRE