8) Les monuments aujourd'hui

 

 

            Depuis 1920-1925, d'autres noms, nous l'avons dit, sont venus s'ajouter aux listes déjà longues. Le monument aux morts exerce complètement sa fonction sociale et participe à toutes les commémorations ou manifestations communales et nationales (1).

 

            Michel Ragon fait remarquer que, dans certains villages où l'église est désaffectée, le monument aux morts est "le seul lieu qui soit l'objet d'un culte régulier".(2)

 

            A l'époque où cette étude a commencé, bien des monuments, hélas, étaient à l'abandon. Les canons et les obus qui les décoraient avaient, pour la plupart, disparu; la pierre était rongée, les fusils étaient cassés.

            D'autres, au contraire, étaient parfaitement conservés comme à l'origine. (Maison-Ponthieu ; Vron)

Depuis, très nombreuses sont les communes qui ont entrepris des travaux de restauration de leur monument comme le relate régulièrement le Courrier picard dans ses pages locales. Cela prouve encore une fois que les populations n'oublient pas de perpétuer le devoir de mémoire. Entre autres restaurations, on peut retrouver ainsi des teintes qui rappellent la tenue d'origine du Poilu. (Chaulnes ; Cappy ; Fouilloy...)

 

NOTE 1 : pour l'étude des cérémonies, voir A. Prost, M. Luirard, (bibliographie).

 

NOTE 2 : op. cit.

 

RETOUR AU SOMMAIRE